10 questions que l’on peut se poser sur la naturopathie.

Question N°1 : La naturopathie, c’est pour les riches ?

La naturopathie devrait être à la portée de tous car être en bonne santé doit être la priorité de chacun. A Paris, une consultation coûte entre 60€ et 150€ en fonction des naturopathes. C’est un coût qui peut être compensé par une prise en charge, totale ou partielle, par la mutuelle. Un naturopathe fixera son tarif en fonction de ses propres critères : études, temps consacré à la consultation, charges, …

Quant au rééquilibrage alimentaire, manger bien ne coûte pas plus cher. Quand on compare le prix des produits industriels à celui des produits bruts BIO, le consommateur s’y retrouve. Il peut aussi limiter les frais en faisant lui même sa lessive, son shampoing, …

Question N°2 : Va-t-on m’imposer un régime ?

NON ! Personne ne doit vous imposer ou vous interdire quoi que ce soit. Le naturopathe est là pour vous expliquer les besoins physiologiques de votre corps. A la fin de la consultation, vous devez avoir compris vos besoins et avoir un programme personnalisé, facile à mettre en place.

Question N°3 : Mais au fait, un naturopathe, ça mange quoi ?

Il y a autant de personnalités différentes qu’il y a de naturopathes. Chacun a ses croyances, qu’il soit végétarien, végétalien, frudivore, sans gluten, sans lactose … il ne doit pas imposer son régime aux autres sans raison.

Question N°4 : Tous les naturopathes sont-ils diplômés ?

En France, le métier de naturopathe n’est pas réglementé et, à ce titre, il n’existe pas de diplôme. Certains se sont installés sans avoir fait d’études et d’autres ont suivi un cursus dans une école privée. Les naturopathes qui ont suivi une formation et ont réussi leurs examens, possèdent un certificat. Il est donc abusif d’indiquer « diplômé » quand on sait qu’il n’existe pas de diplôme de naturopathe en France.

Question N°5 : Comment trouver un bon naturopathe ?

Je pense que le prix n’est pas un gage de qualité. Vous devez, lors de la consultation, vous sentir à l’aise, pas jugé et écouté. Une relation de confiance doit s’installer entre vous et votre naturopathe vous permettant d’aborder toutes vos problématiques. Si on vous a conseillé un naturopathe, gardez en tête que nous sommes tous différents et qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Restez à l’écoute de VOS besoins, si le courant ne passe pas, changez de praticien.

Question N°6 : La naturopathie et la médecine conventionnelle, s’opposent elles ?

NON, je ne pense pas que l’on doit opposer la naturopathie à la médecine conventionnelle. Il y a des moments où, de toute façon, la question ne se pose même pas : cancer, hypertension, insuffisance rénale, diabète, … Néanmoins, même dans ces cas là, je vous conseillerais de consulter un naturopathe qui vous accompagnera à supporter les traitements et à rétablir votre terrain. Rétablir un terrain déséquilibré peut prendre du temps, il faut s’armer de patience et de détermination afin d’inscrire les changements sur la durée.

Question N°7 : Les compléments alimentaires sont-ils inutiles ?

VRAI et FAUX ! Si vous ne comptez que sur la prise de compléments alimentaires, cela ne pourra pas améliorer la situation sur la durée. Quand une maladie apparaît c’est que le terrain est déséquilibré, soit par des carences alimentaires, du stress, de la sédentarité, une mauvaise oxygénation, …

Question N°8 : Tout ce qui est naturel est sans danger ?

FAUX ! Pour preuve, beaucoup de médicaments sont des molécules chimiques extraites de plantes. Exemple : l’aspirine provient de la reine des près et de la saule, ces 2 plantes sont donc contre-indiquées chez les personnes sous anti-coagulants et les hémophiles. Par ailleurs, certains compléments alimentaires doivent être pris à distance d’autres traitements (entre 2 à 4 heures) pour éviter l’interaction médicamenteuse. Exemple : l’extrait de pépin de pamplemousse, le charbon végétal, la chlorella, l’argile ou encore la menthe. Chaque complément alimentaire doit donc vous être conseillé par un professionnel de santé, selon vos antécédents médicaux et les traitements en cours . En outre, il existe de nombreuses plantes hormonales donc déconseillées dans de nombreuses pathologies telles que : cancer hormono-dépendant, endométriose, fibrome utérin, kystes mammaires ou utérin. Enfin, il n’est pas judicieux de trouver des solutions sur internet pour ces mêmes raisons.

Question N°9 : Puis-je conseiller à un(e) ami(e) un complément alimentaire que l’on m’a conseillé ?

NON, car même si les symptômes sont les mêmes, l’origine du déséquilibre peut être complètement différent. De plus, vous ne connaissez pas forcément tous les antécédents médicaux de vos ami(e)s, il est préférable de lui conseiller de consulter un naturopathe.

Question N°10 : La marque du complément alimentaire importe peu !

Toutes les marques ne se valent pas. Certaines sont plus concentrées en principe actif que d’autres et donc plus efficaces. La première chose, c’est de choisir des marques BIO. Je ne peux que vous conseiller d’écouter les conseils de votre naturopathe qui devrait connaître les marques les plus appropriées.

Pour prendre rendez-vous, cliquez ici

Vous avez aimé ? Partagez